Peanut Scale by Christophe TARDY Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §8
Réglages des maquettes d'intérieur
Auteur
Jacques Cartigny
Date
2003
Parties
§1, §2, §3, §4, §5, §6, §7, §8, §9, §10, §11,
Mise à jour
23/06/2004

Discussion sur le vol à droite

Le décalage à droite de l'axe agit sur le modèle de plusieurs façons. La plus évidente est qu'il exerce un couple dans le plan horizontal qui tend à faire tourner à droite autour du centre de gravité, mais il exerce aussi deux actions contradictoire: La portance de l'aile droite diminue car sa vitesse ( à l'intérieur du virage) est plus faible, mais l'attaque oblique augmente son incidence, donc sa portance, ce qui provoque un couple QUI S'AJOUTE AU COUPLE MOTEUR. Selon le décalage et le rayon du cercle de vol, une ou l'autre action est prépondérante, mais généralement elles s'équilibrent à peu près. Cependant si on serre le virage, la diminution de portance à droite peut être suffisante pour exiger le vrillage positif de l'aile. Accessoirement le décalage à droite diminue le souffle hélicoTdal (qui vient de la gauche sur le dessus du fuselage). Cette explication n'est pas contradictoire avec les autres. Le braquage à gauche des dérives, souvent constaté et qui surprend parfois, est en général faible et la dérive peut rester à droite par rapport à l'axe moteur.

Réglage à gauche

On comprend pourquoi ce même décalage, et le dérapage supplémentaire qu'il induit est néfaste aux modèles qui ne possèdent pas cette interaction stabilisatrice. On aura par exemple ce cas classique du modèle qui tourne à droite et s'incline à gauche 1 Une façon de s'en tirer est d'augmenter le dièdre ( 8 à1 a degrés au moins? ) afin que le dérapage retrouve une action positive. Si on ne veut pas aller trop loin dans ce sens, il peut être, pour certains modèles, tout à fait impossible de tourner à droite. Si on ne peux pas tourner à droite, il ne reste plus qu'à tourner à gauche (merci Monsieur De La Palice!). Mais le réglage à gauche n'est pas le symétrique du réglage à droite. En gros, on cherche à déraper le moins possible, donc à se rapprocher du "virage parfait" évoqué il y a quelque temps par J.L. SOLIGNAC. Il faut donc contrer le couple moteur par un vrillage d'aile (voir note I), qui peut être important ( par exemple -1 à -2 degrés à droite et +2 à +3 à gauche ). pas de décalage d'axe à droite ou très peu ( a à 1 degré ). La dérive a souvent besoin d'être fortement braquée à gauche ( 5 à 10 degrés ou plus ). Comme il est difficile de retoucher un vrillage, ( sauf sur les Cacahuètes et Pistachios en styro où les gouvernes sont découpées ! ), on règle le rayon de virage en jouant essentiellement sur la dérive, ( braquer plus à gauche si,le vrillage est un peu fort, meilleur cas, virer plus large s'il est un peu faible). On agit un peu sur l'axe pour limiter l'inclinaison excessive (par exemple si un modèle lourd et puissant fait un quart de tonneau à gauche très brutal au lancer, un peu d'axe à droite est un bon remède, mais il faudra probablement braquer plus la dérive pour conserver le virage ). En général, il est bon de laisser le modèle s'incliner en début de vol ( quand le couple est fort ). Il vole donc plus vite sans monter par diminution du V longitudinal (toujours Circular Airflow ! ), ce qui n'est pas forcément un inconvénient dans une salle pas très haute. Il se redresse ensuite et monte normalement. Cela provient du fait que le vrillage n'adapte sa réponse automatiquement au couple exercé, que grâce à l'augmentation de vitesse due à l'inclinaison. On retrouve ainsi un automatisme de l'équilibre, mais l'inclinaison n'est pas constante.