Peanut Scale by Christophe TARDY Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §6
Réglages des maquettes d'intérieur
Notes D E F
Auteur
Jacques Cartigny
Date
2003
Parties
§1, §2, §3, §4, §5, §6, §7, §8, §9, §10, §11,
Mise à jour
23/06/2004

Note D

Le nombre de tours que peut supporter un moteur dépend de sa longueur, de sa section et de sa qualité N est donné par la formule
N=K.L.RAC(S)
où L est la longueur et S la section exprimées dans les mêmes unités, K est un coefficient qui dépend de la qualité de la gomme et qui va de 5 pour les caoutchoucs gris à 8 ou 10 pour les Tan Il. Un modèle bien réglé doit voler horizontalement avec 50 à 60% du remontage maxi. Voir aussi p.28 du fascicule de Delcroix.

Note E

Pour des raisons de respect des formes, les ailes basses ont souvent une faible incidence de l'aile par rapport à l'axe du fuselage, ce qui explique un piqueur "apparent" parfois très fort. Si on peut donner une incidence normale, le piqueur n'est pas supérieur à celui d'une aile haute (théoriquement, il devrait être plus faible ou même cabreur ). Il est amusant de remarquer, sur les avions réels, qu'il y a du piqueur sur le Mustang et le Hellcat, et du cabreur sur le Me 109!

Note F

Optimisation du Piqueur et du centrage : Comment optimiser les performances d'un modèle qui commence à voler correctement? On a intérêt à voler lentement ( recul du CG, note B ) et à avoir le moins de piqueur possible. Mais quand on en vient aux fignolages, ces deux réglages ont des actions faciles à confondre, Un léger excès de piqueur peut masquer en début de vol un CG trop arrière ( après un début de vol correct, oscillations que l'on néglige parfois à tort si elles ne sont pas trop fortes, phénomène qui peut être accentué par l'utilisation d'un moteur long ). Ceci arrive facilement sur des modèles à petit empennage où le réglage du CG est critique. A l'inverse un piqueur un peu insuffisant peut masquer en début de vol un CG trop avant ( fin de vol rapide et écourtée ), classique sur les ailes basses ( voir note C ) . Si on utilise un moteur très long, on peut être amené à avancer le centrage, d'ou un vol un peu rapide au début, le recul des noeuds ramenant ensuite le CG à sa bonne place et la vitesse de vol à sa bonne valeur. Sinon on risque le décrochage en milieu de vol. Il reste à savoir dans quelle proportion cet allongement du moteur vaut le risque. Il faut être très progressif dans ce domaine. En théorie, la longueur de caoutchouc maxi que l'on peut emporter est déterminée par l'aptitude du modèle à supporter ces variations de CG ( essentiellement rapport empennage/aile ), mais ce sont souvent des considérations purement pratiques ( étroitesse du fuselage à la broche, ou du capot, avec coinçage de noeuds et frottements) qui obligent à limiter la longueur.