Peanut Scale by Christophe TARDY Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §1
Les réglages
Source
MRA 467 p.27
J. Wantzenriether
Auteur
René Jossien
Date
Oct. 1978
Parties
§1, §2
Mise à jour
24/06/2003


mra
Le Saint

(Suite des n°s 439 à 441, 443 à 446, 448, 450, 451, 457 à 460, 466)

The Maxecuters Cette photo n'est pas présente sur le MRA original

Les réglages

On a vu que les cacahuète les plus lourds (15 g et plus) sont plus faciles à régler que ceux de 10 grammes. A plus forte raison, si on vole en extérieur, car là il n'y a pas de plafond, donc liberté de grimper raide et le plus haut possible, et pour certains, bien réglés, la possibilité de planer, moteur déroulé.

Le plus simple réglage pour les cacahuètes en extérieur (attendre néanmoins un jour sans vent, ou faible) est le réglage DD : Montée à droite, et fin de vol, en plané, à droite. L'appareil se présente, là, sans vrillage aux ailes, un peu de virage à droite à la dérive, et traction assez importante de l'hélice vers la droite pour combattre le couple de renversement et assurer le virage a droite, en grimpée. On retrouve là les mêmes réglages qu'en coupe d'hiver, avec la différence signalée des plus grands angles d'incidence, positif à l'aile, négatif au stabilo, et de virage-hélice.

Réglage difficile des légers

En vol intérieur, une difficulté, et de taille, sont les dimensions du local où l'on vole. La largeur du local qui ne permet pas de voler par grands cercles, ou d'élargir le cercle en fin de vol (et cela arrive souvent), Autre difficulté, la plus génante, c'est la hauteur du local. Il faut donc, en intérieur, voler à la fois sans trop monter, faire si possible un vol stationnaire à ras des "plafonds", réels ou théoriques que sont les obstacles, et en continuant à voler en cercles de diamètre assez réduits, redescendre le plus lentement possible.

Tout cela n'est pas facile, car sur les cacahuètes, les hélices sont généralement de grand diamètre (par rapport à l'envergure) et de grands pas (pour dérouler moins vite l'énergie emmagasinée dans le remontage de l'écheveau).

Cela donne donc un grand couple de renversement, c'est-à-dire que l'hélice tournant dans un sens, l'appareil entier a tendance à pencher dans l'autre sens, c'est-à-dire se pencher à gauche et ainsi virer à gauche. De ce couple de renversement découle donc la nécéssité de mettre du virage à droite à la traction de l'hélice (3 à 4°). Se rappeler donc, que plus une hélice est grande, large de pales et de grand pas, plus l'orientation à droite de l'axe d'hélice sera importante.

Lorsque le couple moteur diminue, le couple de renversement diminue aussi, et alors la traction à droite de l'hélice devient parfois trop forte en fin de vol et l'avion a tendance à serrer trop son virage, et descend trop vite.

Vol à droite sans vrillage

On peut, dans certains cas, plus particulièrement lorsque l'hélice est grande et large, tourner à droite par l'hélice et avoir la dérive légèrement à gauche ou dans l'axe. Ce réglage s'impose parfois pour éviter la fin du vol en spirale serrée, la dérive corrigeant un peu ce que la traction à droite restitue en fin de déroulement, lorsque le couple de renversement n'existe presque plus.

Comme on le voit, le réglage en salle n'est pas du gâteau et un sage conseil à donner aux débutants est de munir les cacahuètes d'hélice plutôt petites (diam. 105 à 125) et de pas plus faible ( 1 à 1,3). Ces 2 conditions faciliteront le réglage. Diminuer, en conséquence, la section de l'écheveau pour ne pas obtenir un bolide de vitesse, difficile à dompter. En réduisant la section, on peut augmenter le remontage: on rattrape donc par là un avantage "durée" de déroulement. Ce réglage est le plus couramment employé sans aucun vrillage aux ailes, avec un léger virage à droite de la dérive. C'est par le dosage de piqueur et de virage de l'hélice (à droite) que se fait le réglage correct.

Vol à gauche avec vrillage

En France, assez peu de modélistes tournent à gauche, en salle: signalons Jacques POULIQUEN (réglage COGNET), Bernard BARON, avec ses "HÉMIPTÉRE MAUBOUSSIN", centrés à 50 % (et non 150 % comme indiqué sur le plan), Philippe LEPAGE, avec son "BÉBÉ JODEL" et René JOSSIEN, avec son "WRIGHT L". D'après notre ami Brian COX, à l'étranger, ce sont surtout les cacahuètes à ailes basses et les biplans qui tournent à gauche.

On retrouve, dans le réglage en virage à gauche, le réglage type "indoor". Ce réglage réclame que l'aile gauche soit légèrement plus porteuse que l'aile droite. Et l'équilibre se retrouve par le phénomène suivant: plus le remontage est important, plus le couple de renversement est fort et incline le molèle à gauche, mais en même temps, le vol étant plus rapide, la portance plus forte de l'aile gauche combat le couple et l'équilibre. C'est la dérive qui règle la valeur du virage. Le modèle grimpe donc moins vite au début de déroulemnt (le modèle de LEPAGE fait même les 2 premiers tours avec un vol à gauche presque sur la tranche) puis l'ensemble couple de renversement et portance supplémentaire de l'aile gauche diminuent simultanément pour terminer le vol dans de bonnes conditions et en gardant un cercle de vol assez régulieur. Dans certains cas, de déformation involontaire en positif à l'aile gauche, (ou de négatif à l'aile droite) et si l'on rencontre des difficultés à bien régler ce modèle en virage, il faut penser à essayer le vol à gauche, et cela arrange parfois bien les choses.