http://peanut.scale.free.fr Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §2
Idées Nouvelles venues d'Uruguay
Source
MRA 462 p.26,27
J. Wantzenriether
Auteur
Ulises Alvarez
Date
Mai 1978
Parties
§1, §2, §3
Mise à jour
11/06/2002


mra
mra

CACAHUETES

Idées nouvelles venues d'Uruguay

Matériaux de haute résistance spécifique

Très objectivement je ne veux pas discréditer les inégalables qualités et vertus du balsa. Le but de mes recherces fut de trouver des matériaux pouvant s'y substituer.

L'ironie du sort décida que le matériau choisi soit un élément de la nature longtemps considéré comme nuisible par les agriculteurs et les touffes buissonneuses de ce matériau ont souvent fait obstacles à nos opérations modélistes surtout au printemps et en été.

L'élément en question est l'archiconnue épine qui perce nos vêtements causant sur la peau de si désagréables piqûres. Cette fléchette ou épine est constituée par un brin fin qui, une fois dénudé d'une mince feuille enroulée qui le recouvre nous montre un véritable roseau en miniature.

La section de ce roseau est de 1,2 à 1,5 mm à sa partie inférieure et va en s'amincissant vers son extrémité pour atteindre 0,1 à 0,2 mm, la longueur moyenne étant de 700 à 900 mm et le diamètre de la couronne intérieure à la naissance 0,7 mm, ce qui donne une section de 0,74 mm2. La relation des poids spécifiques entre les matériaux boiseux composant cette plante appelée espartillo (Alfa en Français; note du traducteur) et le balsa est de 2,6 à 2,8.

Dimension d'un longeron courant en Peanut : 5 x 1,5 = 2,25 mm2. Relation entre les sections de ce longeron en balsa et un jonc de 1,2 mm de diam. : 2,25 / 0,74 = 3

Ceci démontre que la section du jonc d'Alfa qui équivaut en poids à un longeron de 1,5 x 1,5 serait 2,8 fois plus petite.

La section que nous avons considérée est 3 fois plus petite et malgré cela suffit en résistance utile.

Voyons les autres avantages de ce matériau:
a) Sa structure tubulaire le rend apte à supporter des efforts de flexion et de flambage ainsi que des efforts Rf Rc et Rto élevés.
b) Sa forme conique permet de disposer les longerons avec les extrémités les plus grosses vers les points critiques: avant de fuselage, encastrement des ailes.
c) Sa section mince et cylindrique reproduit avec une plus grande authenticité les anciennes structures tubulaires en acier soudé.
d) Il se colle facilement bout à bout ou en angle droit au moyen d'une petite éclisse ou équerre faite avec un poil de brosse collé à l'époxy.

Des longerons en Alfa de 0,9 mm de diam. sont généreusement suffisants (rappelons qu'il s'agit d'un tube en bois conique). Les contrôles de poids réels confirment pleinement ces calculs.

Mais l'Alfa n'est pas le seul matériau que j'ai trouvé apte pour ces structures, ainsi par exemple le longeron central des ailes du Leningradec de la photo est réalisé avec une tige de blé de 3 mm de diam. en tenant compte que c'est un matériau conique tubulaire ayant des coefficients Re, Rf et Rto élevés.

Pour ces raisons les ailes obtenues sont très droites et garantissent un vrillage nul (solution optimale pour des modèles avec plumes elliptiques). L'assemblage de ce longeron avéc les nervures se réalise très facilement en prévoyant un trou sur les nervures exécuté avec une petite mèche. La reproduction d'une suspension télescopique opérationnelle se réalise très simplement avec des joncs de blé de différents diamètres.

Les mitrailleuses Wickers et Lewis du SE 5 de la photo ainsi que les pipes d'échappement et le collimateur furent réalisés avec ces joncs Alfa et blé.

L'utilité de ces tubes n'a pas de limite pour un cerveau imaginatif.

Jusqu'à maintenant je n'ai décrit que des matériaux pouvant s'utiliser pour rôle de longeron et barres d'assemblages.

Il me fut très facile d'obtenir des planches pour coffrer et réaliser les nervures.

Une nervure de 0,6 mm en balsa est efficacement remplaçable par une autre construite en planche de placage pour meuble de 0,2 mm d'épaisseur entoilée avec les fibres à 90° avec du papier japon des 2 côtés collé à la colle vinylique très diluée.

En effet la relation de poids spécifique du balsa moyen par exemple est de 2,8. En employant le placage de 0,2 on obtient une relation de 0,7 / 0,2 = 0,35 avec une économie de poids c'est à-dire une très bonne Re.

En plus ce matériau se présente si commode et consistant qu'il permet de faire des calages et d'amincir les coffrages.

Pour en revenir à l'Alfa, je dirai qu'il pose problème insurmontable: il ne s'incurve pas pour des profils assez prononcés comme par exemple les bouts d'ailes et empennage du SE 5 de la photo, ceci en raison de sa structure tubulaire.

Pour les profils cintrés j'emploie de la paille pour balai-brosse laquelle se forme bien à la vapeur d'eau que j'incruste dans le bord d'attaque et le bord de fuite à ses extrémités. (le bord de fuite peut être aplati). J'exécute cette opération en l'écrasant entre 2 panneaux de verre.

La grande résistance de l'Alfa à la compression et au flambage m'amenèrent à supprimer les couches d'enduit de renforcement mais par con tre j'utilise un renforcement diagonal avec du fil nylon.

Finalement l'utilisation du balsa est tout de même retenue là où son remplacement par un autre matériau qui ne présenterait aucun avan tage et en particulier une plus grande Re ; c'est le cas pour les coffra ges du fuselage, des blocs de nez, de quelques bords de fuite comme ceux du Leningradec.

Un autre matériau utilisable est la mousse de polystyrène avec laquelle j'ai façonné le pilote du SE 5 (0,25 g pour le corps entier) ainsi que quel ques détails du moteur.

A ce stade je suppose que le lecteur, en fronçant les sourcils, me quali fiera de modéliste éclectique et inconditionnel.

Je m'en réjouis et je l'invite à intégrer les rangs de l'éclectisme, et à tirer de temps en temps le rideau de traditionalisme pour donner l'envol à son imagination.

Traduction: J. Vergara

  http://peanut.scale.free.fr (c) 2003 Christophe TARDY - ctardy@online.fr