http://peanut.scale.free.fr Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §2
Couleur, peinture, décoration, immatriculation
Source
MRA 457 p.32,33
Auteur
René Jossien
Date
Déc. 1977
Parties
§1, §2
Mise à jour
01/12/2002


mra
Le saint

MOYENS PLUS OU MOINS FACILES

Voici plusieurs façons, les plus commodes, pour reproduire les immatriculations sur les cacahuètes.

A - Les lettres et chiffres sont dessinés, puis découpés dans du papier japon noir (gain de poids) et collés sur leurs emplacements respectifs. Moyen assez facile pour les grandes lettres posées sur les ailes, mais rendu bien délicat pour celles du fuselage, plus petites.

B - Les lettres sont dessinées et peintes directement sur les éléments de l'avion. Ce travail demande une habileté manuelle et un soin particulier pour répartir correctement la peinture sur des surfaces souvent souples et bombées. A laisser aux champions du pinceau.

C - Les lettres "transfert" qui se vendent en feuilles adhésives et que l'on peut transposer en frottant le dos du support avec un crayon à bille ou une forme arrondie rigide. Marques DECADRY ou LETTRASET, à acheter dans les librairies ou les magasins de fournitures de dessin. Le transfert ne peut se faire directement sur l'entoilage de la maquette (la poussée nécessaire au transfert de la lettre du support sur le papier de l'avion est assez forte et abimerait l'entoilage, le crèverait même!. L'astuce consiste donc à utiliser du ruban adhésif invisible (sur lequel on peut écrire). On découpe une bande pour recevoir, soit une seule lettre, si l'immatriculation est destinée à l'aile (opération à répéter pour toutes les lettres), soit la totalité de l'immatriculation si elle est destinée au fuselage (les hauteurs de lettres étant comprises dans la largeur de la bande adhésive invisible). Manière d'opérer coller et décoller plusieurs fois un morceau de ruban adhésif sur une face très polie (glace, par exemple) pour oter un peu de son pouvoir d'adhérence faire alors le transfert des lettres de l'immatriculation sur la bande adhésive, toujours en place sur la glace ; couper ensuite, à la lame de rasoir, au plus juste de ettre ou de l'ensemble de l'immatriculation. Décoller de la glace et reporter sur la rnaquette, à l'endroit désiré. : procédé, assez simple, donne de bons esultats. Quelques observations, néan~oins d'abord, il faut poser exactement le début du ruban si on veut que l'immatriculation Soit correctement située. En cas d'imperfection, il faut décoller et recommencer, ce qui fatigue l'entoilage. Ensuite, décollement de la bande de la glace avant le transfert sur la maquette) oblige parfois à déformer le bord de la bande et ce défaut persiste ensuite, après mise en place e maquette.

LA DECALCOMANIE MAISON

D - C'est le meilleur moyen, mais il demande une assez longue préparation : la décalcomanie ou plus exactement le dessi, adhésif glissable. Ce procédé est aussi bien valable pour les immatriculations que pour la mise sur maquette de cocardes ou emblèmes, dessinés ou peints précédem ment.

- Prendre du papier gommé le plus commode est celui dont le support est en papier mat.

- Passer une couche d'enduit nitro-celluosique sur le côté gommé. Laisser sécher parfaitement.

- Ecrire l'immatriculation à l'aide des lettres transfert (Décadry ou Lettrasset) qui sont donc déposées sur la couche d'enduit. Pour décorer d'une cocarde, d'un pavillon ou d'un emblème, à ce 3° on peint la cocarde, le pavillon ou l'emblème sur le support gommé et enduit, à la peinture cellulosique. Laisser sécher parfaitement.

fig.26

- Pulvériser une légère couche d'enduit nitro dilué (attention de n'en pas trop mettre, car l'enduit dilue la peinture des lettres transférées et c'est pourquoi il ne faut pas passer ('enduit au pinceau, cette manoeuvre risquant de faire des coulures aux lettresi. Une heure après, une seconde pulvérisation légère d'enduit. Laisser sécher au moins 24 heures.

La décalcomanie peut alors être conservée ainsi plusieurs... années, à l'abri de l'humidité et de la lumière.

- Couper au plus juste cette immatriculation (ou la cocarde) et faire tremper la bande de papier gommé décoré, dans ('eau, pendant au moins un quart d'heure.

- Sortir la bande (la décalcomanie personnelle) de l'eau, l'essuyer délicatement, recto et verso avec du buvard, et approcher le support de la partie de l'avion à décorer. Faire glisser le dessin ou l'immatriculation de la bande de papier gommé et la poser sur l'emplacement désiré. Agir avec douceur, redresser si nécessaire et laisser sécher. Le peu de colle restée, sous l'immatriculation ou la cocarde, assurera l'adhérence. Une fois sec, le papier d'entoilage de la maquette, détendu durant l'opération, se retendra et deviendra parfait.

Ce procédé donne les résultats les plus soignés et les plus légers. Faire néanmoins quelques essais sur un autre entoilage pour se faire la main. Pour le 4°, ('idéal est de posséder un fixateur en bombe, vendu pour les lettres transfert Lettrasset, qui fixe mieux et sans danger de coulure les lettres posées avant.

LA GOUACHE EN COCARDE

E - Un autre procédé de décoration, plutôt réservé aux cocardes ou aux emblèmes quelconques, se pratique ainsi :

- Tracer le dessin (sans couleur) à obtenir sur une feuille blanche de papier ordinaire.

- Poser dessus une feuille de fin japon blanc le dessin de la feuille blanche transparaît donc au travers du japon blanc.

- Peindre, à la gouache, la cocarde ou le dessin de l'emblème.

- Découper le motif, peint a la gouache, reproduit sur le japon fin, celui-ci étant détaché de la feuille de papier blanc ayant servi de guide, de modèle (mettre éventuellement une fine pellicule entre dessin sur feuille et papier japon pour éviter les coulures et garder ainsi la possibilité de faire plusieurs cocardes sur le même dessin-modèle).

- Coller ce dessin à la gouache (sur japon) à l'endroit de la maquette en se servant d'enduit dilué.

- Avant le séchage du collage précédent, passer sur l'extérieur du dessin (côté gauche) une légère couche d'enduit dilué qui rend ainsi la gouache indélébile et parfait le dessin.

F - Il est également possible de décorer, d'avance, le papier d'entoilage, avant de le coller sur l'ossature du modèle. Ce procédé, que je n'ai pas expérimenté, est à éprouver sur une ossature d'essai pour noter les difficultés à éviter tant pour la netteté du dessin (papier plus absorbant lorsqu'il n'est pas enduit) que pour la pose du papier, en bonne place, afin que les décors soient correctement placés. LE SAINT (à suivre)

  http://peanut.scale.free.fr (c) 2003 Christophe TARDY - ctardy@online.fr