http://peanut.scale.free.fr Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §1
Couleur, peinture, décoration, immatriculation
Source
MRA 457 p.32,33
Auteur
René Jossien
Date
Déc. 1977
Parties
§1, §2
Mise à jour
01/12/2002


mra
Le Saint

(Suite des n° 439 à 441, 443 à 446, 448 ,450 ,451)

Le Farman Moustique en cacahuète, construit par Bill Hannan

Nous avons reçu des U.S.A. cette photo du Farman Moustique en cacahuète, de Bill Hannan, modéliste bien connu. Comme A. Méritte, il est parti du M.R.A. n° 232 et Il nous précise, il est recouvert en papier rouge. Remarquez la petite demoiselle dans le cockpit ! Elle est sculptée dans du balsa et sa chevelure est blonde. Elle pilote fort bien car elle s'est classée 2ème sur 33 au Flightmaster Annual Scale de 1976.

COULEURS ET PEINTURES

On choisit d'entoiler la maquette cacahuète avec du papier de couleur afin de le rendre plus joli sans ajouter de la peinture dont le poids serait trop important. Les appareils de l'époque historique auront une jolie couleur correspondant à la teinte des toiles d'alors en vaporisant le papier blanc d'un liquide concentré de café (3 cuillers de café soluble pour un petit verre d'eau). Une fois sec, vaporiser d'enduit pour obtenir une teinte qui restera fixe.

Pour le nez en balsa et les hélices taillées, nous avons vu qu'après les deux couches d'enduit, avec ponçage très fin entre chacune, on passait une couche de peinture (ou deux éventuellement si le centrage futur de la maquette ne l'interdit pas). Le choix de la couleur est fonction de l'avion reproduit, nez et hélice noirs ou peints dans le même ton que le fuselage.

Employer de la peinture cellulosique (généralement la plus légère), la peinture Humbrol (légère aussi) ou à la peinture glycérophtalique (attention, poids plus lourd, séchage plus long et surtout n'admet plus l'apport de peinture ou vernis cellulosique sans risquer le cloquage).

Pour le train d'atterrissage, le centre des roues, parfois le capot moteur et l'hélice, on peut utiliser la peinture aluminium qui donne un aspect vraiment métallique : marque TOLEMAIL ou ECLADOR, beau brillant et peu de poids.

Les pneus de roues sont teintés à l'encre de chine ou en couleur mate noire.

Les haubans et les jambes de train sont peints en couleur noir ou alu suivant le type de la maquette. Le choix d'une couleur différente du reste de l'appareil ajoute toujours un cachet supplémentaire.

DECORATIONS

Le fuselage d'un avion de tourisme sera plus joli s'il est décoré d'un motif : flèche ou éclair, de teinte contrastant avec la couleur de la carlingue.

Le tracé d'une bande au bord d'attaque des ailes, du stabilo et de la dérive agrémente souvent l'aspect de la maquette et flatte l'oeil du spectateur. Pour cela, employer de la peinture cellulosique légèrement diluée, pour alléger le poids ; mais il ne faut pas exagérer dans le sens contraire et obtenir une décoration par trop délavée pour gagner un dixième de gramme.

La reproduction de cocarde, de drapeau, d'emb)ême ou de motif coloré peut se réaliser directement au pinceau sur le recouvrement enduit, mais nécessite un doigté particulièrement sûr et subtil.

Un insigne, figurant sur plusieurs faces, est préférablement dessiné une fois sur cache, dont le dessin est ensuite repassé par des piqûres d'épingles laissant de petits trous. En tamponnant ce cache avec du talc (ou de la poudre blanche) on obtient ainsi la reproduction exacte du dessin, qu'il reste ensuite à colorer.

Nous verrons plus loin comment obtenir de meilleurs résultats, et plus facilement, grâce au principe du transfert ou de la décalcomanie.

Les volets mobiles des voilures et les arêtes importantes de capot moteur sont représenté par un trait noir (encre de chine ou peinture noire diluée modérement) en se servant d'un tireligne ou d'une plume tubulaire spéciale à dessin (genre Rotring ou Normograph). A tracer sur papier déjà enduit pour obtenir un trait nettement délimité.

IMMATRICULATION

Une maquette sans immatriculation ne serait pas une maquette sans cet apport, même Si les lettres ou chiffres ne sont pas exactement ceux ayant existés sur l'avion reproduit. En effet, il n'est pas toujours possible d'avoir une photo de l'avion et le dessin triptyque de l'appareil ne porte parfois pas une immatriculation d'origine.

L'immatriculation des avions est très souvent composée de 5 lettres. La première (ou les deux premières lettres) représentant la nationalité, est séparée par un tiret des 4 ou 3 autres lettres, concernant l'appareil lui même. Exemples : France F-ACIL, Tchécoslovaquie OK-NRJ. Seuls, les USA portent la lettre N suivi de 4 chiffres (et parfois d'une autre lettre ou également NC suivi de 4 lettres pas de tiret) et l'URSS porte CCCP suivi d'une lettre et 4 chiffres.

Voici quelques indicatifs de Pays : Allemagne D France F ; Grande-Bretagne G Italie I USA N l-i- 4 chiffres) Belgique 00 ; Finlande OH ; Luxembourg LX ; Pologne SP ; Suisse HB Yougoslavie YU etc... Les lecteurs trouveront plus de détails concernant les immatriculations en consultant le MRA n° 202.

La figure 26 donne les espaces, largeurs et épaisseur des lettres en rapport de leur hauteur.

Les immatriculations figurent sur les 2 flancs du fuselage, entre l'aile et le stabilisateur, ainsi que sur les ailes : dessus et dessous. Deux possibilités s'offrent dans ce cas : ou bien l'immatriculation se porte sur toute la surface de l'extrados et sur celle de I'intrados, répartie sur les 2 ailes (exemple 0K sur le dessus de l'aile gauche et NRJ sur e dessus de l'aile droite) ; ou bien l'immatriculation se trouve, en entier, sur I'extrados de l'aile droite et aussi, en entier, sur l'intrados de l'aile gauche.

Sur les modèles américains, l'immatriculation du fuselage est remplacée (ou complétée) par une immatriculation sur la dérive (de chaque côté).

  http://peanut.scale.free.fr (c) 2003 Christophe TARDY - ctardy@online.fr