Peanut Scale by Christophe TARDY Accueil - Sommaire - Liens
Site Français consacré aux modèles réduits d'avions à l'échelle Cacahuète - French site dedicated to Peanut Scale aircraft models.
Article - §1
Choix de l'appareil
Source
MRA 440 p.8,9
Auteur
René Jossien
Date
Juillet 1976
Parties
§1, §2
Mise à jour
03/03/2003


mra
Le Saint

CHOIX DE L'APPAREIL

Parmi les plans déjà existants, figurent de bons modèles que le débutant en aéromodélisme, et même le modéliste averti, a Intér6t de choisir, ne serait-ce que pour la facilité de suivre un plan étudié par des spécialistes de la formule Cacahuàte.

Dans le choix des sections, en particulier, on évitera des erreurs. Dans la généralité des cas, les constructions sont étudiées avec des sections tràs minces, et il ne serait pas Inutile, pour un débutant, de remplacer, par exemple, un 1,5 X 1,5 balsa par un 2 x 2, si le bois est tendre. Disons cependant que le choix du bois, dans les bottes de construction des Cacahuàtes, est généralement correct.

Pour les modélistes plus habiles ou ayant déjà construit plusieurs Peanuts (nom anglais de nos petites maquettes)

il leur est possible de dessiner leur plan, eux-m6mes, et c'est alors le choix de l'avion qui sera le point de départ.

Trois buts peuvent guider le choix.

Le partisan du bel appareil, de forme parfois compliquée et dont la décoration aura une bonne place dans la finition, choisira la maquette vIsant surtout le classement au statique. Il faut, ne l'oublions pas, que le modèle vole au moins 3 fois 5 secondes pour 6tre classé; Il ne faut donc pas négllger complètement les possibllités de vol.

Le partisan de ce type de modèles trouvera surtout des appareils Intéressants dans les avions de l'lIpoque MroTque des débuts de l'aviation, car les alles coteilles, les haubannages multiples, les roues à rayons et les moteurs apparents représentent des qualltés visuelles aptes à captiver les jurys les plus froIds.

UNE MAQUETTE..: VOLANTE

Le partisan acharné du classement vol de durée, choisira un appareil dont les caractéristiques sont essentiellement destinées à faire de la durée. La recherche portera donc sur la grande surface (biplan, triplan) , très grande mêm, lignes sobres et absence ou réduction des trainées parasites (train d'atterrissage simple, pas de hauban, fuselage rectangulaire, etc...). La décoration sera absente pour gagner le plus possible sur le poids. La construction sera très légère, et même négligée (entoilage d'une seule face de l'aile, l'extrados).

Troisième but recherché, le modéliste désirant bien figurer au classement général, dont dépend à la fois une bonne place au "Statique" et une bonne place en durée de vols.

Ce choix Intermédiaire amènera à la recherche du modèle aux qualités de vol très honnêtes, dont la construction sera la plus légère, mais en tenant compte du jugement pour la présentation. On recherchera le modèle joli, parfois un peu compliqué, que l'on décorera avec goût pour obtenir le plus de points possible aux épreuves statiques.

Ce modéliste ne sera peut-être pas celui qui volera le plus longtemps, ni celui qui sera le vainqueur du classement statique, mais la bonne place qu'il aura obtenue aux deux classements, le placera vainqueur au "général".

Une observation: les juges sont souvent favorablement influencés par le biplan, qui semble une difficulté, alors que, mis à part la réalisation du deuxième plan, il présente l'avantage d'une grande surface, favorable au vol. Dans le même ordre d'idée, une cabine toute vitrée, ne "jette pas de jus", mais représente une grande difficulté à réaliser. Pour ces raisons, Il serait souhaitable que le juge qui attribue la cote "originalité du choix", ait déjà construit des Cacahuètes afin d'en mieux connaître la valeur des points à attribuer.

UN PLAN BIEN CHOISI

En fonction de sa destination finale, le plan de construction sera choisi avec plus ou moins de recherche.

Le Modéliste seulement Intéressé à s'amuser, prendra la boite ou le plan qui lui aura tapé dans l'œil ou dont la construction lui aura semblé plus facile.

Le modéliste" maquettiste ", celui qui porte toute sa ferveur sur la fidèle reproduction ou sur la belle ouvrage, portera son choix sur le cOtll détails précis, décoration élaborée et finition minutieuse du modèle.

Le constructeur habile désirant lIgalement obtenir de beaux vols, devra. lui, 6tre plus perspicace dans son choix et plus difficile dans les caractéristiques du modèle à construire. Je pense surtout à celui qui veut bien voler, c'est-à-dire essayer de faire des durées de vol, en salle, de plus de 30 secondes. Le bon taxi ne suffit pas, évidemment, et il y aura toujours le gars qui fait 50" avec le même type de Cacahuète qui ne donne que 25" entre les mains d'un autre !...

Les priorités pour ce choix: la surface de l'aile (ou des ailes), le stabilisateur (mais là les tolérances permises donnent toujours satisfaction si on agrandit un peu le stabilo chétif) et le bras de levier arrière (se fier surtout de la distance entre le 1/4 avant de l'aile et le 1/4 avant du stabilisateur, car un appareil aux fortes cordes d'aile et de stabllo peut sembler manquer de bras de levier, alors qu'il n'en est rien).

DE BONNES PROPORTIONS

Là, il faut mesurer et calculer. Et garder précieusement ces chiffres, car ils serviront pour le calcul de la position du bon centrage, que nous traiterons plus loin. La surface d'aile doit être, au minimum, de 1,7 - dm2, ce qui donne une corde moyenne d'au moins 50 mm. Choisir plus petit, conduit à construire très léger, ce qui n'est pas à la portée de tout le monde. Notre but étant de viser un poids raisonnable d'une dizaine de grammes (pour vol d'intérieur; car en extérieur, 14 à 15 grammes donnent des appareils plus stables et plus domptables), il faut donc s'assurer la portance d'une aile d'au moins 1,7 dm2. Si vous trouvez 1,8 dm2, c'est mieux, et 1,9 c'est parfait. Pour le stabilisateur, une surface d'au moins 0,4 dm2 est nécessaire, sinon notre appareil devrait" s'asseoir JO sur le petit stabilo, et le vol ne serait plus correct. Si nous avons 0,5 dm2, tant mieux, et un peu plus 0,6 dm2, c'est parfait. Plus de surface n'est pas une garantie de succès: attendons qu'un tandem gagne l'épreuve vol avant d'être convaincu de l'avantage de la formule. Le bras de levier de "empennage contribue bien à la stabilité d'un modèle, tant pour l'assiette du vol (stabilité longitudinale) que pour la stabilité directionnelle (virage et roulis).

fig. 1